« Chanson douce », violent roman

J’imagine aisément qu’en faisant ma rapide critique du Goncourt 2016 (tellement mérité), je ne fais que gloser sur ce qui a été dit dans les magazines littéraires et les journaux. Néanmoins, Chanson douce, de la brillante Leïla Slimani, mérite son petit texte, tout modeste qu’il soit.

Chanson douce.JPG

L’oxymore de mon titre (hop là, ou comment glisser une jolie petite figure de style !) est totalement d’actualité, tellement on sent la violence monter de manière progressive tout au long du récit de Leïla Slimani, dans le cocon tout doux de Myriam et de Paul.

Myriam et Paul ont deux enfants. Myriam, qui a mis sa vie entre parenthèses au nom de l’enfantement et de la maternité, souhaite reprendre sa robe d’avocate. Reprendre une vie sociale qui ne la confine pas aux joujoux et aux gazouillements. Ce désir est rendu possible par l’embauche d’une nounou, Louise, qui se rend très rapidement indispensable au sein du foyer.

Mais cette dépendance – réciproque – s’avère rapidement toxique et les non-dits s’accumulent.

Leïla Slimani ponctue son roman d’indices pour nous amener à comprendre comment la scène inaugurale (le meurtre des deux enfants du couple) a pu se produire. Cette tension latente est cette chanson douce qui nous berce nous, lecteurs, jusqu’à la phrase lapidaire du dénouement.

Un roman coup de poing, merveilleusement bien écrit, que je ne peux que conseiller de toutes mes forces et qui se dévore en quelques heures seulement tellement il crée une addiction chez le lecteur.

Chanson douce, Leïla Slimani, Editions Gallimard, 227 pages, 2016, 18 €.

 

 

Publicités

2 réflexions sur “« Chanson douce », violent roman

  1. Je déteste lire les grands prix littéraires. Le prix Goncourt de l’an dernier, j’en n’en avais entendu que de mauvais échos. Par contre celui ci… Je suis heureuse de lire l’avis d’un blogger « particulier », merci pour ta chronique, ce livre a bel et bien sa place dans ma Wishlist.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Le bovarysme tendance Youporn avec Leïla Slimani : addiction ! | MES P'TITS LUS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s