« Regarde-moi », Aga Lesiewicz : un thriller livresque au voyeurisme glaçant

L’été arrivant à grands pas, j’aime me plonger dans un roman policier ou un thriller le temps de quelques pages (avouons-le, plusieurs centaines en général !). En ce mois de juin, c’est le roman d’Aga Lesiewicz, Regarde-moi, qui a marqué mon attention. Avec raison.

Regarde-moi

Kris Ryder est une pure Londonienne, photographe de formation et artiste avortée. En effet, lors de ses études, elle a fondé avec son amie Erin Perdue le concept arty, novateur et prometteur « Zirconium ». Seulement, à l’aube de réussir et d’entrer sur la scène artistique mondiale, Kris a préféré se retirer du projet et suivre son petit ami artiste, Anton, figure mondiale du street art. Et « Zirconium » de se réduire à un embryon.

D’abord photographe médico-légale dans la police, Kris abandonne au bout de quelques années ce quotidien parsemé de cadavres. Le supplice psychologique est trop grand. Alors, elle devient photographe free-lance, travaillant à la demande de ses clients, qu’ils soient vendeurs de jouets pour enfants ou de jeux pour adultes. Un job alimentaire, loin des prétentions artistiques de sa jeunesse. Doit-elle à jamais y renoncer ?

Ses clichés sont essentiels à sa survie. Ainsi, minutieusement, méticuleusement, Kris classe, trie, sauvegarde ses séances de travail sur son Mac. Mais un jour, elle reçoit un étrange mail intitulé « Exposition », avec une pièce jointe : une photo datant de ses années de photographe médico-légale sur l’affaire sanglante du Violoniste. Peu de temps après, un second mail, « Exposition 2 », lui fait découvrir un cliché d’Anton en plein ébat avec une autre femme.

Le monde de Kris vole en éclats : d’où viennent ces photos ? Qui s’acharne à la troubler et à faire vaciller son petit monde bien établi ? Qui est le témoin silencieux et discret qui traque son quotidien ? Qui la regarde ? Un hacker très doué, sans nul doute. Mais qui lui voudrait du mal ? Car à ces mails troublants s’ajoutent des incidents qui font plonger Kris et ses proches dans une spirale infernale : fuite de gaz étrange dans son appartement, actes malveillants divers et variés (on ne m’en voudra pas de les taire, afin de ménager un suspens évident !). Serait-ce un compte-à-rebours glaçant jusqu’à elle ?

« Mais qu’est-ce qui se passe ? Je n’ai eu aucune proposition de boulot, à part les sex-toys, et ça aussi ça commence à m’inquiéter. On dirait que les différentes parties de ma vie ont été infectées par un virus malveillant. Je sens que je suis sur le point de paniquer. » (p.109)


Regarde-moi est un page-turner redoutable au rythme haletant qui alterne entre découverte d’un nouveau mail « Exposition », un incident et un moment de doute intense. Ce rythme ternaire efficace est souligné par une narration à la première personne, idéale pour mieux faire ressentir au lecteur le doute, la peur, la panique de Kris.

Et tant pis si la vraisemblance n’est pas toujours de mise : fantasmer sur un homme deux jours après la mort de quelqu’un que l’on aime, courir la ville alors que les côtes sont luxées par une mauvaise chute, avoir la garde du python de deux hipsters avec lesquels Kris n’a passé qu’une soirée… Bref, on pardonne bien volontiers à Aga Lesiewicz ces écarts narratifs malheureux grâce au bon moment de lecture qu’elle nous offre.

J’ajoute le plaisir, à travers le récit, de sillonner la ville de Londres, terrain de prédilection de l’auteur et de son personnage : nombre de lieux, plus ou moins connus, y sont référencés. Pour tout « anglophile », ce plaisir ne se boude pas !

Enfin, au-delà de cette lecture plaisante et légère, il me semble qu’Aga Lesiewicz propose un embryon de réflexion sur le voyeurisme informatique tristement d’actualité : nos données ne sont pas garantes de confidentialité. Qui peut nous observer ? De qui sommes-nous la focale ? Big Brother, ne serais-tu pas loin ?


Regarde-moi, Aga LESIEWICZ, traduit de l’anglais par Julia Taylor, éditions BELFOND, collection Belfond Noir, 2018, 374 pages, 21€.

Roman gracieusement envoyé par le service presse des éditions Belfond.

 

2 commentaires sur “« Regarde-moi », Aga Lesiewicz : un thriller livresque au voyeurisme glaçant

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :