Brèves

Coup de gueule du 16ème lu : l’édition au pilori

Il y a peu, à la demande d’une jeune écrivaine cherchant à faire connaître son roman, j’ai demandé à obtenir son récit en service presse auprès de la maison d’édition.

A peine la lecture commencée, consternation : des erreurs d’orthographe nombreuses et relevant pourtant des bases de la langue, des coquilles de non-relecture (« fou allier »…), des accords verbaux fautifs, des subjonctifs non maîtrisés, une syntaxe malmenée… Ceci pour la forme : toutes les pages avec des erreurs de ce genre sont cornées dans les photos que je joins à ce coup de gueule. Vous jugerez de la chose : le livre en est rempli.

Le fond ? De bonnes idées sans doute, mais des incohérences stylistiques (quand le point de vue interne à la première personne est suivi sans aucune transition par un point de vue omniscient, je tique…), des poncifs littéraires et des embryons d’idée inaboutis…

Vous me trouverez sans doute sévère. Peut-être, mais le fait d’être nourrie par de nombreuses références ne peut que stimuler une exigence certaine en tant que lectrice. L’écrivaine en devenir ne doit pas douter : elle a de bonnes idées et, avec une meilleure relecture, des conseils avisés, je lui souhaite de tout cœur de se faire un nom.

Par contre, ce qui est inadmissible, c’est qu’une maison d’édition publie « en l’état » un texte avec autant d’erreurs et autant d’éléments à reprendre. Cette maison d’édition parisienne, après recherches, se dit « professionnelle », accompagnant ses auteurs avant publication. Quoi ????? Je m’insurge ! Le récit lu est le total contre-exemple ! Pire, après échanges avec l’écrivaine, j’apprends que celle-ci a dû verser de l’argent pour faire publier les exemplaires de son livre. Peut-on parler d’arnaque ? Je ne suis pas loin de le penser. Cette maison d’édition fait preuve de négligence, et sa manière de faire relève d’un amateurisme condamnable : son éthique devrait être celle de publier des textes « propres », relus, corrigés. J’ai honte pour elle de publier de tels textes, sachant que cela ne peut que ternir l’image d’écrivains en devenir.

Par égard et respect pour le travail de l’écrivaine lue, je tairai son nom. Cela me semble normal. Je tairai aussi celui de la maison d’édition, mais c’est la colère qui m’a suivie tout du long de la lecture… J’espère ne pas renouveler ce genre d’expérience de sitôt, et j’invite chaleureusement l’écrivaine à changer d’éditeur, au plus vite ! Moi, c’est une évidence, je la fuis à jamais !

6 réflexions au sujet de “Coup de gueule du 16ème lu : l’édition au pilori”

  1. Oups ! Je comprends ta colère contre l’écriture et les incohérences stylistiques (j’aurais eu la même réaction !). Mais oui, cette maison d’édition est à boycotter si elle demande de l’argent à ses auteurs… je ne comprends pas leur position. Et de plus, pourquoi ne pas avoir conseillé cette autrice, ni lui avoir donné quelques conseils au sujet du style et des fautes… C’est à se demander si l’incompétence n’est pas en train de prendre plus de place autour de nous… Merci d’avoir partagé ton coup de gueule.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    si elle demande de l’argent, ce n’est pas une arnaque, c’est simplement qu’elle publie à compte d’auteur, ce qui la rapproche plus d’une démarche d’auto-édition que d’une ME traditionnelle. Cependant, même à compte d’auteur, la ME doit assurer la partie technique (sauf la distribution qui peut rester à la charge de l’auteur, mais là, je pense que ça doit dépendre), le fait que ce soit rempli de fautes aussi énormes prouve qu’ils n’ont pas assuré dans leur tâche.

    Aimé par 1 personne

  3. Je vous rejoins complètement sur le sujet. J’ai eu affaire moi aussi à ce genre de maison d’édition avec des livres que j’ai eu à lire. J’en avais mal aux yeux 😁. Je pense que c’était autant un manque de respect pour l’auteur que pour le lecteur. Le lecteur doit se « contenter » d’une lecture « au rabais ». Ca decridibilise d’autant plus la maison d’edition. Je ne me suis pas gênée pour leur faire part des incohérences ou des fautes.

    Aimé par 1 personne

  4. Je comprends ton coup de gueule, j’ai récemment lu un livre en auto-édition, bourré de fautes d’orthographe de syntaxe, etc… il m’arrivait de ne pas comprendre l’intention! Et je ne suis pas la reine de l’orthographe! C’est dire que si même moi j’avais du mal à lire… J’y ai vu les limites de l’auto-édition, mais dans ton cas si il y a une maison d’édition derrière, c’est inacceptable, à quoi servent ils??

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s