« Marche blanche », Claire Castillon : idées noires pour une figure maternelle en demi-teinte…

N'y a-t-il pas pire drame pour une mère que de perdre son enfant lorsque ce dernier est enlevé par un inconnu, alors que mère et fille jouaient tranquillement dans un parc avant de se rendre à leur rendez-vous chez le dentiste ? Comment les 30 secondes nécessaires pour se cacher ont-elle suffi à la petite... Lire la Suite →

« La Figurante », Pauline Klein : jeu de rôles

Camille est une jeune femme qui, tout au long de sa vie, a composé ses rôles pour mieux s'adapter à ce que l'on attendait d'elle. Une vie sur-mesure pour autrui, mais désespérément vide pour elle, ou du moins factice et artificielle. "Faire une vie. Et n'être finalement pas grand chose de plus que soi. Avec... Lire la Suite →

Bilan décembre 2019 : une fin d’année livresque enchantée !

Les Petites robes noires, Madeleine ST JOHN, traduit de l'anglais (Australie) par Sabine Porte, éditions Albin Michel, 2019, 258 pages, 19€. A la demande d’un tiers, Mathilde FORGET, éditions Grasset, 2019, 155 pages, 16€. L’Éternel printemps, Marc PAUTREL, éditions Gallimard, 2019, 112 pages, 13€. Le Mystère Sammy Went, Christian WHITE, traduit de l’anglais (Australie) par... Lire la Suite →

« La dissonante », Clément Rossi : fausses notes musicales pour la symphonie d’un petit chef d’œuvre littéraire

Tristan est un chef d'orchestre de soixante ans à la solide réputation de maestro. Après avoir sillonné de nombreuses villes et dirigé de prestigieuses compagnies, le voici à la tête d'un orchestre de province à la réputation moindre. Qu'importe : son objectif est de lui faire jouer à la perfection un ambitieux opéra de Wagner... Lire la Suite →

« Le bal des folles », Victoria Mas : « Et c’est une folie à nulle autre seconde / Que vouloir se mêler de corriger le monde. » (Molière) (#rentreelitteraire2019)

Nous sommes à la fin de l'hiver 1885 à Paris. A l'hôpital de la Salpêtrière, l'effervescence est à son comble car dans quelques semaines aura lieu le bal de la mi-carême, au cours duquel les résidentes costumées seront les cavalières, le temps d'une soirée, de bourgeois, d'intellectuels et de gens bien-pensants mus par la curiosité... Lire la Suite →

« Le nom secret des choses », Blandine Rinkel : (dés)illusions nominatives (#rentreelitteraire2019)

Océane quitte, à dix-huit, son village vendéen de Saint-Jean-des-Oies, pour aller à Paris vivre sa nouvelle vie d'étudiante. Elle laisse derrière elle, sans presque un regard, son père, brave artisan laborieux et taiseux. La jeune provinciale découvre un univers aux codes qu'elle ne maîtrise pas. Ses nouveaux camarades sont des gens bien nés, fruits de... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑