« Licorne », Nora Sandor : « Et c’est comme ça qu’on s’aime / Comme ça consomme »

Maëla est une jeune étudiante à Lorient. Ou, du moins, qui s’ennuie sur les bancs de la fac de Lettres Modernes afin d’essayer de maîtriser bien péniblement les bases de la syntaxe française et le fleuron de la littérature patrimoniale : « elle était tout entière une lacune béante dans laquelle les livres s’engouffraient » (p.29). Vaille que vaille, il lui faut subir ces études quelque peu imposées pour devenir institutrice, métier vers lequel Maëla se dirige sans grande conviction, sinon celle de faire ainsi plaisir à sa mère.

Licorne.jpg

Maëla a en effet un autre rêve, bien plus glorifiant que celui d’enseigner : elle brigue avec convoitise le statut d’influenceuse célèbre et reconnue sur les réseaux sociaux. Accumuler les like et les followers, être courtisée par des sponsors et devenir, enfin, quelqu’un.

« Car le monde était plein de filles comme elles, qui avaient commencé par n’être rien ni personne, et qui, grâce aux réseaux, étaient arrivées. » (p.17)

La vie de Maëla est donc un éternel slide de Facebook et d’Instagram, ainsi qu’une contemplation enamourée quotidienne des comptes de « ceux qui comptent ». Tout est bon pour essayer d’attirer l’attention, quand bien même le ridicule affleure : se raser la tête, inaugurer le maquillage licorne, dîner seule avec une perche à selfies…

Maëla pense tenir la chance de sa vie le jour où Mowgli, sommité dans l’industrie du rap et que la jeune femme adule, la sélectionne pour apparaître dans son prochain clip qui se déroulerait, de fait, à Lorient. Il suffit alors de deux posts pour que les abonnés affluent : le rêve de Maëla devient réalité ! Certains influenceurs notables se rapprochent d’elle, une marque de vêtements la sollicite, on lui propose un weekend en thalasso tous frais payés pour poster des photos forcément élogieuses…

Mais pour tenir le rythme et prétendre assumer son nouveau rôle d’influenceuse, Maëla doit investir dans du matériel de pro pour ses montages vidéo ; de même, elle se doit d’afficher un beau sac à main de créateur pour être à la hauteur de son nouveau statut… Alors Maëlla s’endette en contractant plusieurs crédits à la consommation. Mais rien n’est trop beau lorsque l’on devient quelqu’un, non ? Elle va leur prouver à tous, qu’elle est devenue quelqu’un !

« Elle commençait à se sentir écrasée par les responsabilités qui lui incombaient comme influenceuse. » (p.107)

Cette ascension fulgurante peut-elle être pérenne ou n’est-elle qu’un feu follet ? La licorne miss_maëla98 peut-elle  miraculeusement se matérialiser durablement sur les réseaux sociaux ou s’avérer être une vaine illusion auprès des « vrais » influenceurs ?

« Par moments il lui semblait irréel qu’elle ait pu être cette fille-là, vouée seulement aux moqueries et à l’insignifiance. Elle n’avait alors aucune influence. » (p.167)


Licorne est une critique acerbe mais absolument jouissive de notre société ultra-connectée dans laquelle la mise en scène est permanente. La description, à travers le personnage de Maëla et de ses consorts plus ou moins correctement lotis, de l’addiction aux réseaux sociaux et de la quête échevelée de popularité est brillamment menée. Consternante à bien des égards, notamment lorsque l’on comprend que les influenceurs mènent une vie plutôt solitaire, fabriquée de toutes pièces et soumise à la pression des sponsors. De manière plus large, à la pression de l’image. Et la cruauté de la réalité d’affleurer, à chaque instant de « vérité vraie »…

« Au fond […], elle ne voulait pas être maigre, mais tout conspirait à le vouloir à sa place, idolâtrant la privation comme une ascèse morale. Ses abonnés lui avaient dit à quel point elle était forte, au moment où les étoiles dansaient sur ses yeux à cause de la faim ; sa perte de poids brutale avait suscité une admiration certaine. » (p.153)

Les réseaux sont-ils des miroirs aux alouettes ? Influencer : est-ce un « métier » ? Quid de notre vie connectée ? Doit-on dépendre du regard d’autrui pour être soi-même ? Réussir dans la vie, est-ce être forcément connu de / dans la sphère Internet ? Autant de questions que pose Nora Sandor dans son roman résolument moderne, ancré dans notre réalité la plus… prégnante.

Le seul bémol que je note est le suivant : Maëla est une fan absolue du rappeur Mowgli, celui-ci étant accompagné en permanence d’un ours des Carpates recueilli alors qu’il était ourson (improbable, vous êtes d’accord avec moi). Or, Maëla voue un culte à l’ours que j’ai eu du mal à comprendre. De nombreuses pages évoquent le flow de Mowgli, forme de mantra du quotidien de la jeune femme, mais j’avoue avoir eu du mal à cerner l’enjeu représenté par l’ours Baloo.

« Baloo n’avait-il pas foulé ce même sol ? N’était-il pas étrange, pensa-t-elle alors qu’elle descendait sur les quais, que Baloo ait vu ces mêmes pierre – en avaient-elles gardé une mémoire, une entaille même invisible qui aurait marqué son passage ? » (p.141-142)

Est-ce que quelque chose m’aurait échappé à la lecture de ce roman ? Une métaphore d’une quelconque chimère ? Si c’est le cas, veuillez m’en excuser et considérer ce bémol comme une erreur de ma part. Par contre, que l’on éclaire ma lecture de la présence de l’ours dans le roman !

Licorne est LE roman qui est, aujourd’hui, l’un des plus pertinents quant à notre rapport à la virtualité. Je souhaite à ce récit un beau succès, mérité et bien réel !


Licorne, Nora SANDOR, éditions Gallimard, 2019, 212 pages, 18€.

Publicités

3 commentaires sur “« Licorne », Nora Sandor : « Et c’est comme ça qu’on s’aime / Comme ça consomme »

Ajouter un commentaire

  1. Milieu que je n’affectionne pas particulièrement, tellement il est virtuel et « miroir aux alouettes » pour nos ados… Je suppose qu’on apprend beaucoup de choses sur leur comportement et leur vision de la vie !!! Merci pour le partage 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre à vanadze17 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :