A croquer

« Contre moi », Lynn Steger Strong : dualité de l’amour filial, entre attraction et opposition

Maya et Stephen sont un couple de brillants universitaires, l'une spécialiste de Virginia Woolf, l'autre des philosophes allemands. Deux enfants sont nés de leur union : Elinor, dite Ellie, et Bennie. Seulement, Ellie est, à 16 ans, en butte contre l'autorité, en particulier de sa mère, et ses fréquentions sont douteuses, entre consommation de drogues,… Lire la suite « Contre moi », Lynn Steger Strong : dualité de l’amour filial, entre attraction et opposition

A dévorer !

« Festin sauvage », Adrienne Brodeur : sur la vie de ma mère ?

La jeune Adrienne voue un culte absolu à sa mère, la charismatique Malabar. Cette dernière a, jusque là, mené une vie haute en couleurs. "La mythologie grecque m'avait tout appris sur les sirènes et j'étais émerveillée par les pouvoirs de ma mère." (p.22) Sans doute la vie maritale de ses propres parents, passionnée et chaotique,… Lire la suite « Festin sauvage », Adrienne Brodeur : sur la vie de ma mère ?

A dévorer !

« Un loup quelque part », Amélie Cordonnier : filiation réconciliée ?

Elle a tout pour être heureuse. Vincent, un mari aimant et professionnellement bien établi. Une petite fille de huit ans, la pétillante et lumineuse Esther. Et, depuis cinq mois, le petit Alban. Elle qui a tant aimé vivre sa première maternité et la fusion avec sa fille trépigne à présent d'impatience de revivre à nouveau… Lire la suite « Un loup quelque part », Amélie Cordonnier : filiation réconciliée ?

A croquer

« Marche blanche », Claire Castillon : idées noires pour une figure maternelle en demi-teinte…

N'y a-t-il pas pire drame pour une mère que de perdre son enfant lorsque ce dernier est enlevé par un inconnu, alors que mère et fille jouaient tranquillement dans un parc avant de se rendre à leur rendez-vous chez le dentiste ? Comment les 30 secondes nécessaires pour se cacher ont-elle suffi à la petite… Lire la suite « Marche blanche », Claire Castillon : idées noires pour une figure maternelle en demi-teinte…

A dévorer !

« Les fluides », Alice Moine : lecture en apnée pour un récit de vie chloré

Tout se passe le temps d'une sortie à la piscine avec sa fille de sept ans, Charlotte. Quelques heures privilégiées avec l'enfant dont elle n'a pas la garde depuis qu'elle est séparée Paul. "Pour quatre jours avec Julie, Charlotte en passe huit fois plus avec Paul, qui ne cesse de dénigrer son ex-femme. Chacun de… Lire la suite « Les fluides », Alice Moine : lecture en apnée pour un récit de vie chloré

A dévorer !

« La mère parfaite », Aimee Molloy : comme la femme parfaite, elle n’existe sans doute pas. Et c’est tant mieux.

Colette, Francie, Nell, Winnie, Scarlett et quelques unes encore sont de jeunes femmes qui habitent à Brooklyn. Outre ce point commun, ce sont toutes de jeunes mamans qui font partie d'un groupe, "Les Mères de mai". Ainsi, chaque semaine, elles se rejoignent dans un parc près de chez elles pour échanger autour de leurs bébés,… Lire la suite « La mère parfaite », Aimee Molloy : comme la femme parfaite, elle n’existe sans doute pas. Et c’est tant mieux.

A dévorer !

« Personne n’a peur des gens qui sourient », Véronique Ovaldé : peut-être vaudrait-il mieux s’en méfier, tout justement ?

Un jour de début d'été, Gloria embarque précipitamment avec elle ses deux filles, Stella l'ado boudeuse et Loulou l'adorable pipelette de six ans, pour filer en direction de l'Alsace, dans la maison de feu grand-mère Antoinette Demongeot, près de la forêt de Kayserheim. L'objectif de Gloria est de fuir le Sud, à tout prix, se… Lire la suite « Personne n’a peur des gens qui sourient », Véronique Ovaldé : peut-être vaudrait-il mieux s’en méfier, tout justement ?

A dévorer !

« La saison des feux », Celeste Ng : instantanés de parfaites imperfections entre mères et filles

En 2017, vous découvriez sur le blog la chronique du premier et très bon roman de l'américaine Celeste NG Tout ce qu'on ne s'est pas dit. La talentueuse Celeste Ng revient cette année avec son second roman, La saison des feux, tout aussi excellent. Plus que jamais, elle témoigne d'une brillante maîtrise des drames familiaux… Lire la suite « La saison des feux », Celeste Ng : instantanés de parfaites imperfections entre mères et filles

A dévorer !

« Oublier mon père », Manu Causse : grandir et se construire dans le mensonge

Très belle et touchante découverte que ce roman français écrit par Manu Causse et publié dans le cadre de la rentrée littéraire 2018. Alexandre perd très jeune son père, prétendument mort sur la route lors d'un accident. Le voilà contraint à vivre auprès de sa mère, surnommée "la folle du CDI" dans le collège dans… Lire la suite « Oublier mon père », Manu Causse : grandir et se construire dans le mensonge

A croquer

« Je suis le genre de fille », Nathalie Kuperman : la touchante recherche d’un adoubement altruiste et intime.

Juliette, la quarantaine, est une femme divorcée et mère d'une ado, Valentine. Dans ce roman, narré à la première personne, Juliette égrène ses manies qu'elle déplore, qu'elle confesse, qu'elle avoue... D'ailleurs,  l'expression "c'est le genre de fille qui..." n'est-elle pas usitée à des fins quelque peu péjoratives et méprisantes ? Autoportrait fictif d'une quadra en… Lire la suite « Je suis le genre de fille », Nathalie Kuperman : la touchante recherche d’un adoubement altruiste et intime.