A dévorer !

« C’est l’histoire d’une mère qui s’en va », Chirine Sheybani : post-partum destructeur

Haletant. Vibrant. Suffocant. Ces adjectifs conviennent tant pour le récit de Chirine Sheybani que pour son écriture, au phrasé saccadé. Multiplication de phrases tronquées, parfois nominales, comme si la prose se voulait écho à la suffocation, à l'étouffement du personnage du récit, Salomé. De fait, Salomé est une jeune femme nouvellement devenue mère. Enfanter, un… Lire la suite « C’est l’histoire d’une mère qui s’en va », Chirine Sheybani : post-partum destructeur

A dévorer !

« Celle qui criait au loup », Delphine Saada : tragique verrouillage

Albane Janssen a tout de la femme modèle. Infirmière respectée et adulée au sein de l'hôpital parisien où elle travaille, elle fait figure d'autorité auprès de ses collègues et même de ses supérieurs. Pourtant, Albane est d'une austérité froide, d'une exigence millimétrée : elle ne se permet aucune fantaisie et se mure dans une discrétion… Lire la suite « Celle qui criait au loup », Delphine Saada : tragique verrouillage

A dévorer !

« Périandre », Harold Cobert : tout pour son fils chéri

Connaissez-vous l'histoire mythologique de Périandre ? Fils du roi de Corinthe, le petit Périandre est couvé, choyé à outrance par sa mère Kratéa, convaincue que la chair de sa chair "dominera le monde" (p.1). En effet, pour elle, son fils est né pour être exceptionnel, et elle n'a de cesse à vouer sa propre vie… Lire la suite « Périandre », Harold Cobert : tout pour son fils chéri

A croquer

« Toucher la terre ferme », Julia Kerninon : rester à flot dans les remous intérieurs d’une femme devenue mère

Julia Kerninon est une écrivaine nantaise (cocorico !) merveilleusement prolifique et qui, récit après récit, fonde son propre socle d'une prose bien à elle, c'est-à-dire merveilleuse par son phrasé, à la fois épique et concis (la justesse objective de chaque mot). Laissant la fiction pour revenir, après Une activité respectable, à l'écrit autobiographique, Julia Kerninon… Lire la suite « Toucher la terre ferme », Julia Kerninon : rester à flot dans les remous intérieurs d’une femme devenue mère

A dévorer !

« Que rien ne tremble », Anne-Sophie Brasme : fissures maternelles

Être mère. Être une bonne mère. Deux identités. Deux enjeux dont s'empare avec une plume toujours aussi virtuose depuis Respire (publié à l'âge de dix-sept ans) la génialissime Anne-Sophie Brasme. Sylvia est une jeune femme qui rêve d'embrasser une carrière universitaire et, accessoirement, de se créer une autre vie que celle du pavillon de banlieue… Lire la suite « Que rien ne tremble », Anne-Sophie Brasme : fissures maternelles

A dévorer !

« Pas les mères », Katixa Agirre : mater dolorosa…

Âmes maternelles sensibles, s'abstenir... Et pourtant, il y aurait urgence à s'emparer séance tenante de cet extraordinaire récit de Katixa Agirre, écrivaine basque espagnole, qui questionne la maternité en se concentrant, notamment, sur ce qui pousse certaines mères à tuer leur propre enfant. Vous frémissez ? Madame Agirre a l'art et la manière (littéraire, émotionnelle)… Lire la suite « Pas les mères », Katixa Agirre : mater dolorosa…

A dévorer !

« Shuggie Bain », Douglas Stuart : Dickens à Glasgow

Nous sommes au début des années 80 dans la banlieue pauvre de Glasgow. "Il aimait rôder seul dans l'obscurité et observer les bas-fonds. C'était de là que sortaient des personnages burinés par la ville grise, mis au pas par des années de picole, de pluie et d'espoir." (p.52) Agnes et ses trois enfants s'entassent dans… Lire la suite « Shuggie Bain », Douglas Stuart : Dickens à Glasgow

A dévorer !

« Apaiser nos tempêtes », Jean Hegland : mal de mères

Être une femme et, surtout, avant tout, être une mère... Jean Hegland, écrivaine américaine de renom, publie en 2004 ce roman, qui ne paraît que cette année en France. Pourtant, plus que jamais son contenu semble intemporel : la maternité subie, choisie ; l'avortement, le deuil d'un enfant ; l'amour inconditionnel face aux doutes... Apaiser… Lire la suite « Apaiser nos tempêtes », Jean Hegland : mal de mères

A dévorer !

« Tout le bonheur du monde », Claire Lombardo : famille nombreuse, famille heureuse ?

Lorsque David et Marilyn se rencontrent en 1975, c'est une évidence entre eux. Lui, l'étudiant en médecine et elle, intéressée par la littérature. Un coup de foudre brûlant, consommé séance tenante, avec la certitude que leur histoire durera pour la vie. Vous êtes sceptiques ? Eux non : ils savent l'exclusivité de leur amour, la… Lire la suite « Tout le bonheur du monde », Claire Lombardo : famille nombreuse, famille heureuse ?

A croquer

« Ce qui gronde », Marie Petitcuénot : dualité maternelle (Rentrée littéraire 2021)

Marie a trois enfants, anonymés dans le texte : sa fille, son fils et "sa bébée". Trois petits trublions pleins de vie, trois enfants ardemment désirés, trois composants fondamentaux d'un socle familial tranquille. "Il y a d'abord toi, ma fille, onze ans d'une liberté forcenée. Et puis il y a toi, mon fils, qui viens… Lire la suite « Ce qui gronde », Marie Petitcuénot : dualité maternelle (Rentrée littéraire 2021)