A dévorer !

« Le beau monde », Laure Mi Hyun Croset : (in)convenantes langues déliées

Tout est prêt pour le mariage de la délicieuse Louise et du bien né Charles-Constant. Il faut dire que c'est un événement car sont conviés nombre de membres du "beau monde" : aristocrates, figures de la haute bourgeoisie, diplomates, personnalités et autres "gens qui comptent". Bref, le gratin, la fine fleur de la société genevoise… Lire la suite « Le beau monde », Laure Mi Hyun Croset : (in)convenantes langues déliées

A dévorer !

« Le Discours », Fabrice Caro : applaudissements pour un rappel obligatoire !

A presque quarante ans, Adrien broie du noir. Sa petite amie d’un an, Sonia, a réclamé une pause qui dure maintenant depuis trente-huit jours. Autant de jours de silence, de questions, de tergiversations… Jusqu’à ce dîner chez ses parents, en compagnie de sa sœur Sophie et de son futur beau-frère Ludo, lors duquel Adrien, n’y… Lire la suite « Le Discours », Fabrice Caro : applaudissements pour un rappel obligatoire !

A dévorer !

« Un mariage américain », Tayari Jones : avoir foi en la fidélité ? (#rentreelitteraire2019)

Roy et Celestial sont mariés depuis un an et demi. Tous deux promis à une belle carrière - lui en tant qu'avocat, elle comme créatrice de poupées - c'est un très beau couple en devenir, en passe de gagner le combat de longue haleine que leurs aïeux noirs ont mené pendant des décennies de dur… Lire la suite « Un mariage américain », Tayari Jones : avoir foi en la fidélité ? (#rentreelitteraire2019)

A dévorer !

« Cape May », Chip Cheek : vive les mariés ?

Effie et Henry ont à peine vingt ans et ils viennent tout juste de se marier. Pour célébrer leur union, il a été décidé que le couple passerait sa lune de miel dans la station balnéaire de Cape May, sur la côte Est des États-Unis. En cette arrière-saison automnale de 1957, après s'être vertueusement respectés… Lire la suite « Cape May », Chip Cheek : vive les mariés ?

A dévorer !

« Et la mariée ferma la porte », Ronit Matalon : le veut-elle, pour le meilleur et pour le pire ?

Margui et Matti ont prévu de se marier. Les deux familles attendent cinq cents invités et tout a été réservé. Seulement, le jour du mariage, Margui s'enferme dans l'une des chambres de l'appartement de sa mère, Nadia, et refuse d'en sortir. Margui refuse de se marier, sans donner plus de motifs sinon le poème sibyllin… Lire la suite « Et la mariée ferma la porte », Ronit Matalon : le veut-elle, pour le meilleur et pour le pire ?

A dévorer !

« Une femme entre nous », Greer Hendricks et Sarah Pekkanen : mariage parfait, mariage suspect ?

Nellie, une institutrice de maternelle, est sur le point de se marier avec le beau Richard. Seulement, ses insomnies éprouvent son endurance à gérer le stress grandissant du mariage. De plus, le sentiment d'être épiée se fait de plus en plus grandissant... Vanessa, de son côté, ex-épouse de Richard, peine à se remettre de son… Lire la suite « Une femme entre nous », Greer Hendricks et Sarah Pekkanen : mariage parfait, mariage suspect ?

A dévorer !

« Les prénoms épicènes », Amélie Nothomb : délicieux conte social, fable romanesque délectable

Claude aime passionnément Reine mais celle-ci lui préfère un mariage de raison pour mener à bien une ascension sociale mirifique. Las, Claude promet de se venger. Il met son projet à exécution en épousant sur un apparent coup de tête Dominique, une employée sans histoire et sans relief. Elle sera la compagne de sa conquête… Lire la suite « Les prénoms épicènes », Amélie Nothomb : délicieux conte social, fable romanesque délectable

A dévorer !

« L’Anniversaire », Robyn Harding : amis et famille, je vous « haisme »

Les Sanders forment, à bien des égard, la famille parfaite, bien sous tous rapports : l'excellent poste à responsabilité de Jeff permet à son épouse Kim de jouir d'un train de vie luxueux tout en travaillant "pour le plaisir" en free-lance à mi-temps, leur fille aînée Hannah est à la fois belle et brillante et… Lire la suite « L’Anniversaire », Robyn Harding : amis et famille, je vous « haisme »

A dévorer !

Le coup de cœur de l’été : « Vinegar girl », Anne Tyler. Piquant, mordant, touchant : on ne prend pas les mouches avec du vinaigre mais les lecteurs, si, surtout avec une telle héroïne !

Quelle petite pépite ô combien savoureuse je viens de dévorer en quelques heures seulement : Vinegar girl est, un an après le magnifique Une bobine de fil bleu, le nouvel extraordinaire récit de la talentueuse écrivaine américaine Anne Tyler. Kate Battista, jeune femme de 29 ans, gère de main de maître la logistique familiale depuis… Lire la suite Le coup de cœur de l’été : « Vinegar girl », Anne Tyler. Piquant, mordant, touchant : on ne prend pas les mouches avec du vinaigre mais les lecteurs, si, surtout avec une telle héroïne !