A dévorer !

« La faute de goût », Caroline Lunoir : à l’étiquette

Mathilde revient, le temps d'une semaine de vacances aux alentours du 15 août, au château familial que sa grand-mère et ses quatre grands-tantes possèdent en indivision. Fief ancestral depuis l'arrière-grand-père Félix, dit le Général, les générations s'y succèdent, s'étoffent et se retrouvent le temps de mariages, de funérailles et de vacances. On y cultive la… Lire la suite « La faute de goût », Caroline Lunoir : à l’étiquette

A dévorer !

« Le syndrome du canal carpien », John Boyne : une question de réseaux…

La famille Cleverley est illustre en Angleterre : George, le père, est à la tête d'une émission qui caracole depuis trente ans dans l'audimat de la BBC. Autoproclamé "trésor national", il invite les plus grandes stars dans son émission pour les interviewer, et peut se targuer lui-même de faire partie des gens "qui comptent". "Il… Lire la suite « Le syndrome du canal carpien », John Boyne : une question de réseaux…

A dévorer !

« L’os de Lebowski », Vincent Maillard : parfois, ça coince… mais quel mordant !

Jim Carlos est un paysagiste dans le Sud de la France. Sans enfant et séparé de sa compagne bretonne Claire, il occupe ses journées en s'affairant dans les jardins des alentours, toujours accompagné de son fidèle chien Lebowski, un golden retriever tout entier comparable à une grosse peluche, et dont l'activité principale consiste... à ne… Lire la suite « L’os de Lebowski », Vincent Maillard : parfois, ça coince… mais quel mordant !

A croquer

« Harvey », Emma Cline : la monstruosité en toute impunité ?

Emma Cline, talentueuse écrivaine américaine que nous suivons depuis The Girls, revient avec ce court roman, ô combien brûlant, que l'on pourrait qualifier de huis-clos. En effet, sur à peine vingt-quatre heures, nous nous retrouvons dans la bulle dorée d'Harvey, que l'on devine bien évidemment être Harvey Weinstein, le producteur de cinéma accusé de viols… Lire la suite « Harvey », Emma Cline : la monstruosité en toute impunité ?

Brèves

« De la page au son » (sur SUN) : chronique 25 Delphine de Vigan / Stromae

Chaque mercredi à 17h15 sur SUN (Le Son Unique), retrouvez ma chronique d'un livre et son parallèle musical en chanson. Cette semaine, l'écrivaine Delphine de Vigan rencontre, avec son dernier roman Les enfants sont rois  (éditions Gallimard), le maestro Stromae avec sa chanson "Carmen". Lien ici : https://www.lesonunique.com/content/la-page-au-son-chronique-25-delphine-vigan-stromae Nous nous quittons radiophoniquement parlant le temps des… Lire la suite « De la page au son » (sur SUN) : chronique 25 Delphine de Vigan / Stromae

A dévorer !

« Les enfants sont rois », Delphine de Vigan : « Sad Story »

Ah... les paillettes de la téléréalité ! Devenir "quelqu'un" d'un simple focus de caméra, quitte à jouer le cobaye dans une cage : tel est le rêve de Mélanie, jeune provinciale que les sirènes de la trash-TV ont toujours attirée. "Ils voulaient passer à la télévision pour être connus. Ils étaient maintenant connus pour être… Lire la suite « Les enfants sont rois », Delphine de Vigan : « Sad Story »

A dévorer !

« Bénie soit Sixtine », Maylis Adhémar : au nom de la liberté (rentrée littéraire 2020)

A défaut d'un rallye entre gens bien nés, c'est à l'occasion d'un mariage huppé de la grande bourgeoisie catholique que la sage et virginale Sixtine rencontre son futur mari, Pierre-Louis Sue de la Garde. Une rapide et chaste cour plus tard, la voici confrontée au rôle de sa vie : future mère de famille tout… Lire la suite « Bénie soit Sixtine », Maylis Adhémar : au nom de la liberté (rentrée littéraire 2020)

A croquer

« Des garçons qui tremblent », Stéphane Hoffmann : Nantes, théâtre romanesque codifié entre joutes sociales et amoureuses

Vous rappelez-vous du roman Des filles qui dansent, récit lu avec un enthousiasme débordant et chroniqué il y a peu de temps encore ? Je vous propose cette fois-ci la seconde partie de ce diptyque narratif avec Des garçons qui tremblent. Manquera cependant à ma chronique le même enthousiasme que précédemment. On retrouve Camille et… Lire la suite « Des garçons qui tremblent », Stéphane Hoffmann : Nantes, théâtre romanesque codifié entre joutes sociales et amoureuses

A dévorer !

« Vous prendrez bien un dessert ? », Sophie Henrionnet : piquantes réjouissances familiales

La famille Labarre a un nom socialement établi, fruit d'une union entre "gens comme il faut" et affaires florissantes. Autrement dit, bienvenue chez la bourgeoisie la plus absolue. Tous les membres ont prévu cette année de fêter Noël et les quatre vingt dix ans de Louis, le vénérable aïeul, dans un cossu chalet des montagnes.… Lire la suite « Vous prendrez bien un dessert ? », Sophie Henrionnet : piquantes réjouissances familiales

A dévorer !

« Le beau monde », Laure Mi Hyun Croset : (in)convenantes langues déliées

Tout est prêt pour le mariage de la délicieuse Louise et du bien né Charles-Constant. Il faut dire que c'est un événement car sont conviés nombre de membres du "beau monde" : aristocrates, figures de la haute bourgeoisie, diplomates, personnalités et autres "gens qui comptent". Bref, le gratin, la fine fleur de la société genevoise… Lire la suite « Le beau monde », Laure Mi Hyun Croset : (in)convenantes langues déliées