A croquer

« Je suis une sur deux », Giulia Foïs : #balancetonviol

A vingt ans, un 24 juillet précisément, Giulia Foïs a été la victime d'un viol alors qu'elle travaillait à Avignon dans le cadre de son célèbre festival. Une heure quarante de terreur, de menaces, de coups pour que cet homme aux "yeux de rat" obtienne par la force la plus abjecte la soumission la plus… Lire la suite « Je suis une sur deux », Giulia Foïs : #balancetonviol

A croquer

« Sauf que c’étaient des enfants », Gabrielle Tuloup : y a-t-il un âge pour excuser l’indicible ? (#rentreelitteraire2020)

Dans le collège André-Breton, situé dans le 93, on ne plaisante pas avec la discipline. Ludovic Lusnel tente, tant bien que mal, de créer un climat propice aux apprentissages et, autant que possible, d'éviter les frasques des adolescents qui peuplent son établissement. Certains flirtent avec les limites avec une insolence au bord des lèvres,  les… Lire la suite « Sauf que c’étaient des enfants », Gabrielle Tuloup : y a-t-il un âge pour excuser l’indicible ? (#rentreelitteraire2020)

A croquer

« Unpur », Isabelle Desesquelles : « undélébile » et « undicible » (#rentréelittéraire2019)

Jumeaux, Julien et Benjamin vivent dans un cocon d'amour fusionnel avec leur fantasque mère célibataire, Clarice. Mais, lors de vacances à Venise, l'équilibre du trio vacille de la pire des manières : alors que les garçons s'amusent sur une place bondée de la ville, Benjamin se volatilise. Kidnappé par un homme dont on ne saura… Lire la suite « Unpur », Isabelle Desesquelles : « undélébile » et « undicible » (#rentréelittéraire2019)

A dévorer !

« Les choses humaines », Karine Tuil : chronique désillusionnée d’une splendeur et d’une décadence 2.0

La famille Farel pourrait faire rêver et provoquer bien des envieux... Jugez : le père, Jean, bientôt 70 ans, est un journaliste politique qui règne en maître depuis trente ans à la radio et à la télévision. Sa femme, Claire, de bien des années sa cadette, est une essayiste féministe de renom adoubée par les… Lire la suite « Les choses humaines », Karine Tuil : chronique désillusionnée d’une splendeur et d’une décadence 2.0

A dévorer !

« Anatomie d’un scandale », Sarah Vaughan : autopsie d’un « non » et dissection des illusions

James Whitehouse a tout pour plaire : bel homme, issu d'une famille argentée, ancien élève d'Eton puis d'Oxford, ami du Premier Ministre et sous-secrétaire d’État. Il a le privilège de résider dans une belle maison du quartier de Kensington avec sa femme, Sophie, rencontrée à l'université, et leurs deux enfants. Sûr de lui, charmant et… Lire la suite « Anatomie d’un scandale », Sarah Vaughan : autopsie d’un « non » et dissection des illusions

A dévorer !

« Le malheur du bas », Inès Bayard : femme violée, vie volée, rêves envolés, couple en danger, famille désintégrée…

Ce premier roman, signé par Inès Bayard, est un coup de poing littéraire dans l'estomac. Un récit dont on ne se remet pas. Un récit virtuose qui ose et propose le viol comme thème principal. Un récit qui décrit et narre les ecchymoses d'une femme, tant physiques que morales.   Marie et Laurent forment un… Lire la suite « Le malheur du bas », Inès Bayard : femme violée, vie volée, rêves envolés, couple en danger, famille désintégrée…

A dévorer !

« Une fille facile », Louise O’Neill : peut-on être décemment tenue responsable du viol dont on est la victime ? Un récit extraordinaire !

En ces temps agités de dénonciation et de revendication féministes à coup de #balancetonporc ou de upskirting (fait de prendre en photo sous les jupes des filles sans que ces dernières s'en aperçoivent), le brillant roman de Louise O'Neill, Une fille facile (Asking for it en VO), fait effet de pavé dans la mare retentissant… Lire la suite « Une fille facile », Louise O’Neill : peut-on être décemment tenue responsable du viol dont on est la victime ? Un récit extraordinaire !