A croquer

« L’âge des amours égoïstes », Jérôme Attal : spleen estudiantin

A vingt-six ans, Nico se perd sur les bancs de la fac pour mieux retarder le saut ultime dans une vie active qui n'a pour lui que de vagues contours. Son directeur de recherches, peu convaincu par les tergiversations qui s'étirent à n'en plus finir de son étudiant, lui a annoncé leur au-revoir programmé sitôt… Lire la suite « L’âge des amours égoïstes », Jérôme Attal : spleen estudiantin

A croquer

« Restons bons amants », Virginie Carton : dés »ART »oi d’aimer…

Hélène a une vingtaine d'années lorsqu'elle rencontre celui qui, pendant des années et de plus de vingt ans son aîné, sera son amant. Un illustre amant puisque monsieur est un chanteur reconnu. Loin d'être une groupie, Hélène et lui se revoient de façon inopinée, ici ou ailleurs. Le temps d'étreintes brûlantes, le couple se consume,… Lire la suite « Restons bons amants », Virginie Carton : dés »ART »oi d’aimer…

A dévorer !

« Parmi les dix milliers de choses », Julia Pierpont : moment de bascule

Parmi les dix milliers de choses dont une vie de couple est faite et est riche, certaines sont joyeuses tandis que d'autres sont malheureuses. Parmi les dix milliers de choses qui font une intense et foisonnante vie de famille, certaines sont mémorables, d'autres mériteraient l'oubli immédiat. Deb, une danseuse prometteuse, a rencontré Jack alors que… Lire la suite « Parmi les dix milliers de choses », Julia Pierpont : moment de bascule

A dévorer !

« Amour entre adultes », Anna Ekberg : l’amour à mort

L'adultère peut être tentante lorsque l'attrait et le désir irraisonné pour une autre femme s'emparent d'un homme. Mais la vengeance dont il peut être la victime conséquente n'a pas à être ignorée car tout aussi destructrice que la liaison extra-conjugale... "Ce n'est pas Zenia qui vole Christian à Leonora. On ne possède pas une personne,… Lire la suite « Amour entre adultes », Anna Ekberg : l’amour à mort

A croquer

« Mon amour, », Julie Bonnie : l’amour et la distance

Non non, vous ne rêvez pas, le titre de ce nouveau lu contient bien une virgule. Cela s'explique par le fait que le récit de Julie Bonnie est un roman épistolaire entre une femme et le père de sa fille, la petite Tess, tout juste née. La jeune femme, anonyme, se résout à écrire de… Lire la suite « Mon amour, », Julie Bonnie : l’amour et la distance

A dévorer !

« La définition du bonheur », Catherine Cusset : une quête existentielle (Rentrée littéraire 2021)

La définition du bonheur... Voilà bien une question de nouveau philosophique, et qui mériterait tant de réponses possibles car subjectives. Pourtant, Catherine Cusset choisit le déterminant défini "la", et non un indéfini : y aurait-il une universalité du concept ? Pour y répondre, nous suivons, de façon alternative, le parcours de deux jeunes filles qui… Lire la suite « La définition du bonheur », Catherine Cusset : une quête existentielle (Rentrée littéraire 2021)

A goûter

« Les Indécis », Alex Daunel : et toi, c’est quoi ton genre ?

Imaginez que, une fois mort et dans un au-delà encore inconnu du commun des mortels, on vous demande de vous réincarner en personnage de papier et de nourrir l'inspiration d'un écrivain, dans quel genre littéraire aimeriez-vous vivre à nouveau ? "Ici, les âmes sont en transit... Elles doivent trouver un personnage de roman dans lequel… Lire la suite « Les Indécis », Alex Daunel : et toi, c’est quoi ton genre ?

A croquer

« Elle voulait juste être heureuse », Géraldine Dalban-Moreynas : à quoi tient le bonheur ?

Trouver le bonheur. Une noble prétention commune à l'ensemble de l'humanité. Mais que faut-il pour l'atteindre ? On croirait là le sujet d'une épreuve de philosophie, mais telle est la question que pose Géraldine Dalban-Moreynas dans son nouveau roman, vivement attendu, à travers une tranche de vie, sise entre 2015 et 2020, d'une héroïne seulement… Lire la suite « Elle voulait juste être heureuse », Géraldine Dalban-Moreynas : à quoi tient le bonheur ?

A croquer

« Ce qui gronde », Marie Petitcuénot : dualité maternelle (Rentrée littéraire 2021)

Marie a trois enfants, anonymés dans le texte : sa fille, son fils et "sa bébée". Trois petits trublions pleins de vie, trois enfants ardemment désirés, trois composants fondamentaux d'un socle familial tranquille. "Il y a d'abord toi, ma fille, onze ans d'une liberté forcenée. Et puis il y a toi, mon fils, qui viens… Lire la suite « Ce qui gronde », Marie Petitcuénot : dualité maternelle (Rentrée littéraire 2021)

A dévorer !

« L’amour par temps de crise », Daniela Krien : « laisse-moi rester femme… » (Rentrée littéraire 2021)

Être une femme aujourd'hui, en Allemagne ou ailleurs. Se débattre avec ses désirs, ses envies ; être tiraillée par sa raison ou la force de ses sentiments ; assouvir ou non un désir d'enfant ; se soumettre ou revendiquer farouchement sa liberté... Autant de dichotomies on-ne-peut-plus modernes et séculaires à la fois que l'extraordinaire roman… Lire la suite « L’amour par temps de crise », Daniela Krien : « laisse-moi rester femme… » (Rentrée littéraire 2021)