A dévorer !

« Mrs March », Virginia Feito : folie douce

Mrs March est une riche Américaine à la vie oisive, habituée depuis son enfance à une certaine étiquette et à de vrais privilèges. Ayant épousé son ancien professeur d'université, brillant écrivain à la renommée internationale, point besoin pour elle de travailler. Alors, elle occupe son ennui par un train-train quotidien quelque peu insipide, entre déambulations… Lire la suite « Mrs March », Virginia Feito : folie douce

A dévorer !

« C’est l’histoire d’une mère qui s’en va », Chirine Sheybani : post-partum destructeur

Haletant. Vibrant. Suffocant. Ces adjectifs conviennent tant pour le récit de Chirine Sheybani que pour son écriture, au phrasé saccadé. Multiplication de phrases tronquées, parfois nominales, comme si la prose se voulait écho à la suffocation, à l'étouffement du personnage du récit, Salomé. De fait, Salomé est une jeune femme nouvellement devenue mère. Enfanter, un… Lire la suite « C’est l’histoire d’une mère qui s’en va », Chirine Sheybani : post-partum destructeur

A dévorer !

« Celle qui criait au loup », Delphine Saada : tragique verrouillage

Albane Janssen a tout de la femme modèle. Infirmière respectée et adulée au sein de l'hôpital parisien où elle travaille, elle fait figure d'autorité auprès de ses collègues et même de ses supérieurs. Pourtant, Albane est d'une austérité froide, d'une exigence millimétrée : elle ne se permet aucune fantaisie et se mure dans une discrétion… Lire la suite « Celle qui criait au loup », Delphine Saada : tragique verrouillage

A croquer

« Toucher la terre ferme », Julia Kerninon : rester à flot dans les remous intérieurs d’une femme devenue mère

Julia Kerninon est une écrivaine nantaise (cocorico !) merveilleusement prolifique et qui, récit après récit, fonde son propre socle d'une prose bien à elle, c'est-à-dire merveilleuse par son phrasé, à la fois épique et concis (la justesse objective de chaque mot). Laissant la fiction pour revenir, après Une activité respectable, à l'écrit autobiographique, Julia Kerninon… Lire la suite « Toucher la terre ferme », Julia Kerninon : rester à flot dans les remous intérieurs d’une femme devenue mère

A dévorer !

« Le Divan rouge », Catherine Briat : « le premier meuble du reste de sa vie »

Quitter une vie. Rompre avec le danger, la menace, la violence sourde et alcoolisée. Repartir. Recréer quelque chose. Se recréer. Se réinventer. C'est là le nouveau point de départ de notre héroïne, une femme anonyme avec dans chaque main un enfant. Tous trois ont quitté le domicile conjugal, devenu menaçant, et trouvé un douillet petit… Lire la suite « Le Divan rouge », Catherine Briat : « le premier meuble du reste de sa vie »

A dévorer !

« J’ai toujours aimé ma femme », Gilles Bornais : déni subtil

"J'ai toujours aimé ma femme". C'est ce que scande à l'envi Jean-Baptiste Rolant pour mettre à distance le terrible mot de sa femme qu'il a trouvé sur le plan de travail de la cuisine ce vendredi soir : "Je ne rentrerai pas." Comment cela est-il possible ? Après vingt-quatre ans de mariage et un amour… Lire la suite « J’ai toujours aimé ma femme », Gilles Bornais : déni subtil

A croquer

« Elle voulait juste être heureuse », Géraldine Dalban-Moreynas : à quoi tient le bonheur ?

Trouver le bonheur. Une noble prétention commune à l'ensemble de l'humanité. Mais que faut-il pour l'atteindre ? On croirait là le sujet d'une épreuve de philosophie, mais telle est la question que pose Géraldine Dalban-Moreynas dans son nouveau roman, vivement attendu, à travers une tranche de vie, sise entre 2015 et 2020, d'une héroïne seulement… Lire la suite « Elle voulait juste être heureuse », Géraldine Dalban-Moreynas : à quoi tient le bonheur ?

A croquer

« Ce qui gronde », Marie Petitcuénot : dualité maternelle (Rentrée littéraire 2021)

Marie a trois enfants, anonymés dans le texte : sa fille, son fils et "sa bébée". Trois petits trublions pleins de vie, trois enfants ardemment désirés, trois composants fondamentaux d'un socle familial tranquille. "Il y a d'abord toi, ma fille, onze ans d'une liberté forcenée. Et puis il y a toi, mon fils, qui viens… Lire la suite « Ce qui gronde », Marie Petitcuénot : dualité maternelle (Rentrée littéraire 2021)

A dévorer !

« La femme que nous sommes », Emma Deruschi : quand le kaléidoscope féminin se fait drame

Élisa Delattre est une kiné très appréciée dans son quartier parisien. A bien des égards, elle jouit de tout ce que l'on pourrait lui envier : son mari, Loïc, est un chirurgien talentueux et charismatique ; sa petite Lucie est une adorable enfant ; son cercle amical, étoffé, ne tarit pas d'éloges sur elle et… Lire la suite « La femme que nous sommes », Emma Deruschi : quand le kaléidoscope féminin se fait drame

A croquer

« Moi les hommes, je les déteste », Pauline Harmange : le point sur la misandrie

Focus sur un court essai passionnant de Pauline Harmange sur la misandrie, à savoir ces femmes qui n'aiment pas les hommes. Le pendant féminin des misogynes, ces hommes qui abhorrent les femmes. "Pourquoi les hommes détestent-ils les femmes, eux ? Depuis des milliers d'années qu'ils profitent de leur position de dominants, qu'avons-nous fait pour mériter… Lire la suite « Moi les hommes, je les déteste », Pauline Harmange : le point sur la misandrie