Le syndrome du pavé

Je m’adresse dans cette brève chronique aux dévoreurs de livres (donc vous serez nombreux, c’est indéniable). J’ai remarqué que, depuis quelques années, j’ai beaucoup de mal à me diriger vers des livres de peu de pages (150, 200 pages). Je cible plutôt les pavés (400 pages minimum) et me réjouis à l’idée de plonger dans ces récits. Pourquoi ? Est-ce la perspective de prolonger au maximum le plaisir d’évoluer dans l’univers du livre ? Un « plus c’est long, plus c’est bon ? »

Quel est votre avis ? Êtes-vous également concerné par ce syndrome du pavé ?

A vous lire !

Pavé.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :