EXCLUSIVITÉ : l’écrivaine Aga Lesiewicz répond en vidéo à la chronique du blog de son roman « Regarde-moi » !

Il y a moins d’un mois, le 17 juin 2018, je chroniquais avec enthousiasme le roman d’Aga Lesieviwicz Regarde-moi (Exposure en anglais).

Regarde-moi

Invitée par les éditions Belfond à rencontrer l’auteur sur Paris le temps d’un weekend (24-26 juin  2018), j’ai remplacé mon absence par une vidéo dans laquelle je m’adresse directement à Aga en anglais afin de lui rendre compte de vive voix de ma chronique ainsi que des questions que j’avais à lui poser.

Vous ne verrez pas ma vidéo, par mon souhait de rester anonyme, mais je vous retranscris en français son contenu. Vous pourrez alors mieux saisir et profiter de la réponse d’Aga.

« J’aimerais tout d’abord remercier Claire Decore pour l’opportunité fantastique qu’elle m’a donné de découvrir ce roman palpitant que vous avez écrit. Aga Lesiewicz. Je suis vraiment désolée d’être dans l’incapacité de vous rencontrer sur Paris mais cette vidéo sera mon « substitut ».

Votre roman, Aga, est un bon roman. J’ai vraiment aimé l’ambiance que vous avez créée dans la mesure où l’action se déroule à Londres et également dans la mesure où l’utilisation d’une voix narrative à la première personne permet au lecteur de ressentir ce que Kris (le personnage principal) vit. Parlons d’ailleurs de Londres : en tant que lectrice amoureuse de la ville de Londres, ça a été un véritable plaisir que de déambuler dans la ville avec Kris même si ses propres pérégrinations relèvent davantage de la fuite d’une souris traquée par un chat.

Ensuite, j’ai adoré la thématique des arts sur laquelle l’intrigue du livre est construite : les collages street art d’Anton, le métier de photographe de Kris, la galerie d’Anna, la musique de Patrick Ewer. J’ai d’ailleurs noté l’angle intéressant que vous proposez : tous les artistes du roman sont, à un moment ou à un autre, présentés dans leur action créative, comme s’il s’agissait d’un « work-in-progress » dans le livre lui-même. Brillant !

A présent, je vais plus que brièvement résumer l’histoire : nous avons, dans le roman, tous les outils efficaces du thriller. C’est haletant : votre roman est un « page-turner » auquel on devient accro. Un 20 / 20 mérité rien que pour cela !

Cependant, pour être tout à fait honnête, quelques détails auraient pu être évités dans la mesure où je les considère comme particulièrement irréalistes et invraisemblables, tels : le fait d’être heurtée violemment par un vélo et courir comme un lapin deux jours après ; le fait d’être sous le charme de l’employé chargé de nettoyer les lettres rouges peintes sur les fenêtres de Kris seulement quelques jours après la mort d’un être aimé ; le fait de devoir s’occuper du serpent des deux amis hipsters de Kris après seulement une soirée passée ensemble. Selon moi, on ne peut raisonnablement pas croire de tels propos mais le livre est bon de sorte que l’on peut aisément « oublier » ces passages !

Pour continuer, j’aimerais souligner que vous questionnez, Aga, le pouvoir des nouvelles technologies, le danger d’être hacké, espionné par un tiers et que toutes nos données personnelles puissent être utilisées par quelqu’un de mystérieux. On devient alors la marionnette de notre propre vie, et il est assez dingue de considérer que la vie de Kris vole en éclats en seulement quelques jours.

Enfin, je termine par quelques questions :

  • avez-vous été inspirée par les fuites des données personnelles sur Facebook par exemple ou est-ce juste un simple hasard ?
  • vous êtes écrivaine, une bonne écrivaine, mais êtes-vous également intéressée par les autres arts que vous décrivez dans le roman ?
  • Avez-vous déjà une idée de votre prochain roman ?
  • La sexualité est assez « coquine » dans le roman : était-ce délibéré ?
  • le roman serait idéal sous forme filmique dans la mesure où votre écriture est plutôt « cinématographique » : pensez-vous à une adaptation ?
  • la télé-réalité est un concept omniprésent et présente des individus prisonniers de caméras : était-ce votre but de montrer que nos vies peuvent ainsi devenir des cauchemars ?

Mes p’tits lus

Un très grand merci aux éditions Belfond et en particulier à Claire Decore pour le travail de sous-titrage ! Cette expérience a été des plus concluantes !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :