A goûter

« L’âge de détruire », Pauline Peyrade : legs toxique

Étrange gynécée que celui dans lequel grandit la petite Elsa : dans le nouvel appartement que sa mère a acheté, seule avec elle, il n’y a de place pour personne d’autre. Au mieux consent-elle à inviter une amie de la classe d’Elsa, mais les pulsions de l’enfant pendant la nuit à l’égard de sa camarade ont raison de leur amitié.

Pourtant, Elsa n’a fait que reproduire ce que sa maman lui impose régulièrement la nuit, au nom de son besoin d’amour, semble-t-il immense. Jusqu’à avoir mal, parfois, « là en bas ».

De sa famille, Elsa ne connaît que sa grand-mère maternelle, aïeule croisée de temps à autre lors d’escapades à la campagne. Mais là-bas, la tension entre les deux adultes sourd. Pas besoin de mots pour comprendre la violence, les non-dits…

Dans un récit elliptique, Pauline Peyrade évoque la construction chaotique d’Elsa, aux prises d’une mère toxique, à l’amour malsain, qui n’hésite pas à détruire les femmes autour d’elle. Dans quel but ? L’ellipse n’est pas seulement temporelle, elle est aussi thématique. La prouesse de l’écriture est celle de suggérer l’indicible, bien présent pourtant dans le pragmatisme du quotidien. De quoi rendre l’horreur des faits, des mœurs, suggérée, mais absolument condamnable.

« Je me tiens au bord du monde des autres. » (p.108)

La filiation, la transmission générationnelle, aussi toxique soit-elle, sont questionnées : quel(s) schéma(s) reproduit-on ? Peut-on s’affranchir de ce qui nous détruit, ou est-on condamnés, consciemment ou non, à réitérer ce qui nous a été transmis, aussi dérangeant que ce soit ce legs ?

« Le passé, il faut savoir le jeter, aussi. » (p.139)

L’âge de détruire, Pauline PEYRADE, éditions de MINUIT, 2023, 157 pages, 16€.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s