A dévorer !

« Mon pauvre lapin », César Morgiewicz : illusions perdues

"Mon pauvre lapin", c'est en l'occurrence César, ainsi nommé par sa chère grand-mère, matriarche d'une famille quasi-exclusivement féminine et qui règne en reine mère sur son petit microcosme, tantôt parisien quand l'été est là, tantôt américain lorsqu'elle s'exile dans sa maison secondaire à Key-West. César nait donc avec une cuillère dorée dans la bouche, lui… Lire la suite « Mon pauvre lapin », César Morgiewicz : illusions perdues