« Mes pas dans les tiens », Fioly Bocca : un chemin et marcher pour oublier, chercher,aimer, peut-être trouver…

Vous vous rappelez de Fioly Bocca, dont j’avais chroniqué le premier roman en 2017 avec Une seconde d’éternité ? Et bien elle est de retour sur la scène littéraire avec ce très beau et touchant roman : Mes pas dans les tiens.

Mes pas dans les tiens.jpg

Il est ici question d’Alma, une jeune femme qui rencontre, à deux mois de l’ouverture de sa librairie à Bologne, le beau Bruno, fougueux éleveur de chevaux. Le temps des vacances d’Alma, le couple vit une relation fusionnelle, d’une évidence sans nom. Mais Alma doit rentrer à Bologne et Bruno, trop épris de sa chère nature et de sa bien-aimée campagne, ne conçoit pas de se déraciner par amour. Alors, tel un pèlerinage post-rupture, Alma entreprend de faire à son tour le chemin de Compostelle en suivant les étapes que Bruno avait lui-même suivies lors de son premier voyage.

« Son amie pensa que ça ne servirait pas à grand-chose : voyager pour oublier est un topos littéraire plus qu’une hypothèse rationnelle.

Elle partit tout de même. » (p.117)

Il est aussi question de Frida, psychanalyste de talent qui attend patiemment que son mari Manuel, un médecin humanitaire, rentre de ses différentes missions. Mais un jour, il ne rentre pas : Manuel est mort en Syrie. Alors Frida décide de se mettre en marche elle aussi afin de faire le pèlerinage vers tous ceux qui ont côtoyé Manuel dans sa jeunesse.

Pour Frida et pour Alma, un même constat : la mort – physique ou spirituelle – d’un amour. Les deux femmes se rencontrent au cours de leurs pérégrinations et vont jusqu’à Finisterre ensemble. Un cheminement douloureux, éprouvant. Un dépassement physique de soi, un renoncement de tous les instants à l’abandon. Mais au bout du chemin, une possible révélation, la renaissance permise de l’espoir.

« C’est un chemin parallèle sur lequel elles se sont mutuellement entraînées, à force de petits gestes, d’attentes et d’émotions partagées. Elles n’ont pas peur de se perdre, ni de rester seules comme elles sont arrivées, et pourtant elles s’attendent, assises à l’ombre dans un bois ou attablées à la terrasse d’une auberge. Elles partagent les pas, et l’eau quand elle vient à manquer. Elles partagent l’abri du soleil brûlant à l’ombre d’un saule et le refuge contre les pluies torrentielles sous des ponts ou des marquises. Elles apprennent que le partage multiplie les possibilités de se débrouiller durant le voyage en cas de problème. » (p.64-65)


Mes pas dans les tiens est, à bien des égards, un livre touchant lorsque l’on considère ces beaux portraits de femmes meurtries dans leur cœur. Nous-mêmes lecteurs ressentons ce terrible déchirement de la rupture, laquelle est, dans les deux cas, contrainte par des conditions qui pèsent telle une fatalité (ville VS campagne pour Alma et Bruno, la guerre pour Frida et Manuel).

Et quel beau cheminement, au sens propre comme au sens figuré, nous faisons en compagnie d’Alma et de Frida sur la route de Compostelle : la quête existentielle des meurtris de la vie prend littéralement le lecteur aux tripes. On en vient presque à se questionner : ferions-nous nous aussi cette démarche de cheminer (pour trouver… quoi ? une solution ? un espoir ? une consolation ? une preuve ?) en faisant fi du vent, de la pluie, du froid, de la douleur, de la fatigue ?

« Maintenant, Alma sait. » (p.42)

Ode à la vie, à l’urgence d’aimer et de croire en la permanence de l’amour et de l’amitié, Mes pas dans les tiens est un rayon littéraire à la douce chaleur sur une parenthèse initiatique unique.


Mes pas dans les tiens, Fioly BOCCA, traduit de l’italien par Anaïs Bouteille-Bokobza, éditions Denoël, 2018, 190 pages, 21€.

Roman gracieusement envoyé par le service presse des éditions Denoël, que je remercie chaleureusement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :