A dévorer !

« Vous prendrez bien un dessert ? », Sophie Henrionnet : piquantes réjouissances familiales

Vous prendrez bien un dessertLa famille Labarre a un nom socialement établi, fruit d’une union entre « gens comme il faut » et affaires florissantes. Autrement dit, bienvenue chez la bourgeoisie la plus absolue.

Tous les membres ont prévu cette année de fêter Noël et les quatre vingt dix ans de Louis, le vénérable aïeul, dans un cossu chalet des montagnes.

« Un week-end tout entier avec la famille au grand complet. Plus qu’une fête, c’est un événement. » (p.9)

« Plaisir d’offrir. Joie de recevoir. Instants partagés, bla-bla-bla… » (p.31)

C’est Marie-Odile, l’une des belles-filles, qui a suggéré l’idée et dépensé sans compter pour à chaque détail plus de somptuosité. Quitte à faire grincer les dents de Charles, son coureur de jupons de mari.

Car tout n’est pas rose sous le vernis éclatant, hymne à la bienséance, des Labarre : chacun a ses raisons pour pester à l’idée de ces retrouvailles imposées.

« Quoi qu’il en soit, personne n’a eu le courage de jeter un pavé dans la mare, pourtant ils préféreraient tous réveillonner au purgatoire plutôt que de passer plusieurs jours en compagnie les uns des autres. » (p.72)

Alors, chapitre par chapitre, nous découvrons l’un des membres de la famille, et ses pensées ou secrets plus ou moins avouables. Une technique narrative polyphonique absolument jouissive car cela rend le décalage entre l’être et le paraître des retrouvailles encore plus acerbe.

« là est leur problème : ils sont tristes et épouvantablement amers. Jamais comblés, jamais heureux. Plus, toujours plus. Mieux, toujours mieux. Jamais assez. » (p.54)

« il a l’impression de se rendre à une pièce de théâtre, la comédie humaine à l’échelle d’une famille » (p.155)

Ce petit roman se dévore littéralement, tant pour la qualité de son écriture que pour le piquant de chaque portrait. On en redemanderait volontiers ! Au final, une galerie familiale comme il en existe tant. Dans tous les cas, vous ne verrez plus vos repas de famille de la même manière, c’est une évidence !


Vous prendrez bien un dessert ? Sophie HENRIONNET, éditions Charleston Poche, 2020, 214 pages, 7.90€.

2 réflexions au sujet de “« Vous prendrez bien un dessert ? », Sophie Henrionnet : piquantes réjouissances familiales”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s