Rencontre au LU (jour 2)

Ce matin, de 11 heures à 12 heures au Lieu Unique dans le cadre du Festival Atlantide à Nantes, j’ai assisté avec bonheur à la grande rencontre organisée avec Philippe Forest pour la sortie de son nouveau livre, Une fatalité de bonheur.

 

Philippe Forest.jpg

Moment tout particulier pour moi, car j’y ai retrouvé mon ancien professeur d’université, qui m’a fait aimé et admiré Aragon. J’y ai retrouvé le brillant auteur dont les succès sont indéniables, tant pour ses romans (L’Enfant éternel, Le Nouvel amour, …) que ses essais (Le Roman, le réel, …).

J’ai été interpellée par certains de ses propos sur le récit que j’estime d’une grande pertinence, d’une grande justesse, et que je soumets à votre réflexion :

  • Le seul fait de raconter détourne du réel. Tout texte, même fondé sur le réel, a une coloration fictionnelle.
  • La fiction pure est impossible.
  • Il convient d’écrire à partir de sa position dans le réel : écrire un livre sur quelque chose que l’on n’a pas vécu (le Sida, la mort d’un enfant, …) est une imposture. Et s’il y a volonté de témoignage de ce que l’on n’a pas vécu (les camps de concentration), il faut le faire avec justesse, sans opportunisme, en évitant d’utiliser le « je ».

Alors, est-ce que cela fait naître en vous des remarques, des commentaires ?

Publicités