A croquer

« Je suis une sur deux », Giulia Foïs : #balancetonviol

A vingt ans, un 24 juillet précisément, Giulia Foïs a été la victime d'un viol alors qu'elle travaillait à Avignon dans le cadre de son célèbre festival. Une heure quarante de terreur, de menaces, de coups pour que cet homme aux "yeux de rat" obtienne par la force la plus abjecte la soumission la plus… Lire la suite « Je suis une sur deux », Giulia Foïs : #balancetonviol

A croquer

« Un garçon sur le pas de la porte », Anne Tyler : un récit au vestibule de l’enthousiasme

Grande dame des lettres américaines, Anne Tyler n'a pas son pareil pour raconter et décrire la vie de la classe moyenne avec un style très réaliste, sans fioritures. Souvent même, elle se révèle redoutable pour épingler les travers de l'American Way of Life, motivée par la recherche de liberté et de bonheur... Pourtant, le dernier… Lire la suite « Un garçon sur le pas de la porte », Anne Tyler : un récit au vestibule de l’enthousiasme

A croquer

« Danser », Astrid Eliard : chorégraphie adolescente

Chine, Stéphane et Delphine ne se connaissaient pas avant d'entrer à l’École de danse de l'Opéra de Paris avec, en guise de perspective, dix longues années de souffrances et de sacrifices pour, peut-être, toucher du doigt leur rêve ultime de devenir, un jour, danseur ou danseuse à l'Opéra. "Je rêve parfois du succès comme d'un… Lire la suite « Danser », Astrid Eliard : chorégraphie adolescente

A croquer

« La Rumeur », Lesley Kara : elle court, elle court et crée la déroute (#rentreelitteraire2020)

Après des années de vie à Londres en tant que célibataire, Joanna est revenue habiter dans la petite bourgade côtière de Flinstead où vit sa mère. Son objectif : éviter à son fils de six ans, Alfie, de revivre le harcèlement dont il a été victime à l’école du fait de son métissage. Au bout de… Lire la suite « La Rumeur », Lesley Kara : elle court, elle court et crée la déroute (#rentreelitteraire2020)

A croquer

« Sauf que c’étaient des enfants », Gabrielle Tuloup : y a-t-il un âge pour excuser l’indicible ? (#rentreelitteraire2020)

Dans le collège André-Breton, situé dans le 93, on ne plaisante pas avec la discipline. Ludovic Lusnel tente, tant bien que mal, de créer un climat propice aux apprentissages et, autant que possible, d'éviter les frasques des adolescents qui peuplent son établissement. Certains flirtent avec les limites avec une insolence au bord des lèvres,  les… Lire la suite « Sauf que c’étaient des enfants », Gabrielle Tuloup : y a-t-il un âge pour excuser l’indicible ? (#rentreelitteraire2020)

A croquer

« Ce qu’il aurait fallu dire », Alexis Anne-Braun : inadéquation inversée (#rentreelitteraire2020)

Victor est un jeune professeur de philosophie de trente ans qui vient d'achever ses études. Nouveau fonctionnaire, le voilà muté au petit bonheur la chance : ce sera le Nord, au-delà d'Amiens, pas loin d'Abbeville, dans la petite ville de Friville-Escarbotin. Adieu la vie culturelle parisienne, adieu les soirées avec la communauté gay de la… Lire la suite « Ce qu’il aurait fallu dire », Alexis Anne-Braun : inadéquation inversée (#rentreelitteraire2020)

A croquer

« Marche blanche », Claire Castillon : idées noires pour une figure maternelle en demi-teinte…

N'y a-t-il pas pire drame pour une mère que de perdre son enfant lorsque ce dernier est enlevé par un inconnu, alors que mère et fille jouaient tranquillement dans un parc avant de se rendre à leur rendez-vous chez le dentiste ? Comment les 30 secondes nécessaires pour se cacher ont-elle suffi à la petite… Lire la suite « Marche blanche », Claire Castillon : idées noires pour une figure maternelle en demi-teinte…

A croquer

« La Figurante », Pauline Klein : jeu de rôles

Camille est une jeune femme qui, tout au long de sa vie, a composé ses rôles pour mieux s'adapter à ce que l'on attendait d'elle. Une vie sur-mesure pour autrui, mais désespérément vide pour elle, ou du moins factice et artificielle. "Faire une vie. Et n'être finalement pas grand chose de plus que soi. Avec… Lire la suite « La Figurante », Pauline Klein : jeu de rôles

A croquer

« Une Évidence », Agnès Martin-Lugand : puzzle de pièces masculines pour une consécration féminine

Peut-être me direz-vous "honte à toi", mais Une Évidence est le premier roman d'Agnès Martin-Lugand que je lis. Il y a une première fois à tout, n'est-ce pas, et sans doute vous demanderez-vous pourquoi je n'avais encore jamais ouvert l'un de ses livres. Tout simplement parce que je me méfie quelque peu des best-sellers adoubés… Lire la suite « Une Évidence », Agnès Martin-Lugand : puzzle de pièces masculines pour une consécration féminine

A croquer

« Le nom secret des choses », Blandine Rinkel : (dés)illusions nominatives (#rentreelitteraire2019)

Océane quitte, à dix-huit, son village vendéen de Saint-Jean-des-Oies, pour aller à Paris vivre sa nouvelle vie d'étudiante. Elle laisse derrière elle, sans presque un regard, son père, brave artisan laborieux et taiseux. La jeune provinciale découvre un univers aux codes qu'elle ne maîtrise pas. Ses nouveaux camarades sont des gens bien nés, fruits de… Lire la suite « Le nom secret des choses », Blandine Rinkel : (dés)illusions nominatives (#rentreelitteraire2019)