A dévorer !

« Bon rétablissement », Marie-Sabine Roger : truculent huis-clos hospitalier

Retraité sexagénaire tranquille, veuf et sans enfants, Jean-Pierre Fabre voit son quotidien basculer... enfin, comprend que son quotidien a basculé le jour où il se réveille à l'hôpital, très sérieusement amoché après une chute dans la Seine qui aurait pu être dramatique. Heureusement, Camille, un jeune étudiant qui tapinait dans le coin, a pu le… Lire la suite « Bon rétablissement », Marie-Sabine Roger : truculent huis-clos hospitalier

A dévorer !

« La soutenance », Anne Urbain : avec les félicitations du jury

Antoine est pieds et poings liés : sa thèse en histoire du livre est sur le point de le sacrer docteur, lui qui, ironie du sort, a toujours eu peur des bibliothécaires. Pourtant, grande est l'envie de tout arrêter, d'annoncer à sa famille qu'il abandonne, d'envoyer le mail à son directeur de thèse qu'il annule… Lire la suite « La soutenance », Anne Urbain : avec les félicitations du jury

A dévorer !

« Le bonheur est au fond du couloir à gauche », J.M. Erre : quand le PROZAC se prescrit en doses littéraires !

Michel H. (oui, oui, c’est bien son nom) n’a que vingt-cinq ans et pourtant une grande disposition pour la dépression. Ainsi, tout semble prétexte au spleen et le quidam n’a rien à envier à son quasi homonyme écrivain à la « sérotonine » hésitante. "J’ai été un enfant triste et un adolescent cafardeux avant de devenir un… Lire la suite « Le bonheur est au fond du couloir à gauche », J.M. Erre : quand le PROZAC se prescrit en doses littéraires !

Brèves

Excursus BD réjouissant : « Zaï Zaï Zaï Zaï », FABCARO

On ne présente plus FABCARO, que j'ai personnellement découvert sous le nom de Fabrice Caro avec ses excellents romans Le Discours et Broadway. Permettez-moi juste de re-dire que ce mec est extra et son humour corrosif : fan ! L'auteur de BD comme l'écrivain devraient être prescrits par la Sécurité Sociale pour enrayer les coups… Lire la suite Excursus BD réjouissant : « Zaï Zaï Zaï Zaï », FABCARO

A dévorer !

« Divine vengeance », Francesco Muzzopappa : petit bijou littéraire en diable !

Leo file le parfait amour (ou presque) avec sa fiancée André (si si, il s'agit bien d'une femme malgré ce prénom masculin) depuis deux ans. Pourtant, tout semble les séparer : elle est belle et racée, lui est rachitique, très commun et amputé de deux doigts ; elle évolue dans la riche sphère des nantis,… Lire la suite « Divine vengeance », Francesco Muzzopappa : petit bijou littéraire en diable !