A goûter

« Tout ce qu’elle croit », Anne Lauricella : inventaire fragmenté et fracturé

Voilà bien un étrange récit que je vous propose aujourd'hui, auquel j'ai eu beaucoup de mal à adhérer, malgré une quatrième de couverture accrocheuse et un début de roman captivant. Aucun prénom dans ce texte, juste des pronoms ou des statuts familiaux : elle, son frère aîné, le père et la mère. Une famille lambda… Lire la suite « Tout ce qu’elle croit », Anne Lauricella : inventaire fragmenté et fracturé

A goûter

« Un truc de fou », Hank Green : rencontre du 3ème type ?

April May est une jeune graphiste de 23 ans qui tente de percer à New-York après avoir vécu une enfance et une adolescence tranquilles et confortables dans la province américaine. Libre et libérée, refusant les étiquettes, April prône un mode de vie détaché des conventions sociales. Une nuit, tandis qu'April sort très tard du travail… Lire la suite « Un truc de fou », Hank Green : rencontre du 3ème type ?

A goûter

« A la demande d’un tiers », Mathilde Forget : folles femmes follement aimées (#rentreelitteraire2019)

Quel étrange et fascinant opus littéraire que ce premier roman de Mathilde Forget, dans lequel sont convoquées les figures féminines vivantes et décédées, présentes et absentes, qui ont tant compté pour la narratrice. Sa sœur, tout d'abord, son aînée Suzanne. Tant admirée, tant imitée par le passé. "Je suis née après Suzanne, la place était… Lire la suite « A la demande d’un tiers », Mathilde Forget : folles femmes follement aimées (#rentreelitteraire2019)

A goûter

« Les petites robes noires », Madeleine St John : un charme suranné à laisser sur de jolis cintres capitonnés

On le voit partout, ce roman de Madeleine St John acclamé outre-Atlantique et tout nouvellement édité en France. Pourtant, le charme n'a pas opéré avec moi. Au final, j'ai refermé le livre en me disant : "Mais il se passe quoi, au fait, dans ce roman ?" Hélas, pas grand chose, sinon l'évocation d'un tournant… Lire la suite « Les petites robes noires », Madeleine St John : un charme suranné à laisser sur de jolis cintres capitonnés

A goûter

« La nuit ne dure pas », Jules Gassot : dandysme pseudo-festif

Paul Broca, un quarantenaire qui a divorcé d'Alice, va passer les fêtes de Noël chez sa mère à Genève puis du 31 décembre chez sa sœur Raphaëlle à Méribel. Homme désabusé et au cynisme mordant, il donne à voir une galerie de portraits de famille et d'amis incisifs, à commencer par sa mère, Mamusia, une… Lire la suite « La nuit ne dure pas », Jules Gassot : dandysme pseudo-festif

A goûter

« Bienvenue au motel des pins perdus », Katarina Bivald : ne m’en voulez pas de passer ma route et de ne pas m’y arrêter

Vous l’aurez compris, et je vous prie sincèrement de ne pas m’en vouloir, ce nouveau roman de Katarina Bivald, en bonne place dans toutes les librairies depuis sa sortie, n’a pas retenu mon attention. Mais alors pas du tout. Bien sûr, je pourrais vous dire que les personnages – une bande d’amis - sont attachants :… Lire la suite « Bienvenue au motel des pins perdus », Katarina Bivald : ne m’en voulez pas de passer ma route et de ne pas m’y arrêter

A goûter

« EVJF », Liz Blackrock : heurs et malheurs des demoiselles d’honneur version chick-lit

Ne vous fiez pas au nom de l’auteur : Liz Blackrock n’a rien d’un patronyme américain puisque l’auteur est français. Avec une plume qui ne démérite pas (mais sans crier au génie non plus), elle reprend les codes de la chick-lit pour mieux narrer le passage obligé de toute future mariée : son enterrement de vie de… Lire la suite « EVJF », Liz Blackrock : heurs et malheurs des demoiselles d’honneur version chick-lit

A goûter

« Summer », Monica Sabolo : une lecture aux ombres certaines

Mon décorticage frénétique des magazines littéraires pour la très attendue rentrée de la fin août 2017 me fit noter, par sa récurrence à être évoqué comme l'un des titres phares, le roman de Monica Sabolo, Summer.   Quelques jours à peine après avoir achevé sa lecture, je m'interroge encore : qu'est-ce qui, dans ce roman,… Lire la suite « Summer », Monica Sabolo : une lecture aux ombres certaines

A goûter

« Zoé à Bercy » : la plume acerbe de Mme Shepard a encore et justement frappé…

Flashback 1 : j'avais adoré Absolument dé-bor-dée, journal professionnel dans lequel Zoé consignait avec ironie son quotidien sous l'égide du Don, l'incompétent maire d'une ville, et entourée de ses sbires non moins fats et vains. Livre offert une dizaine de fois, jamais je n'avais autant ri en lisant de truculents moments. Flashback 2 : je… Lire la suite « Zoé à Bercy » : la plume acerbe de Mme Shepard a encore et justement frappé…

A goûter

S’affranchir de la stigmatisation : « On ne naît pas grosse », Gabrielle Deydier

Avec 150 kilos pour 1.53 m, Gabrielle Deydier est, à 36 ans, obèse, indéniablement obèse, au point d’atteindre le stade « morbide » de l’obésité. Lasse de constater les regards méprisants et d’essuyer les remarques déplaisantes journalières, elle décide de prendre le sujet à bras le corps et de profiter de sa profession – journaliste – pour… Lire la suite S’affranchir de la stigmatisation : « On ne naît pas grosse », Gabrielle Deydier