A dévorer !

« L’Ami », Tiffany Tavernier : nos monstres et les autres…

Imaginez un jour que, de bon matin, alors que vous vous apprêtez à sortir de chez vous pour commencer votre journée, vous découvriez une escouade de policiers et de gendarmes, armés jusqu'aux dents, aux abords de la maison de votre voisin. "La scène est tellement irréelle que je me demande si je ne suis pas… Lire la suite « L’Ami », Tiffany Tavernier : nos monstres et les autres…

A croquer

« Le musée des femmes assassinées », Maria Hummel : art sanglant

Le musée d'art La Rocque, à Los Angeles, se prépare à accueillir un événement de taille : l'exposition Natures mortes, de l'artiste de renom Kim Lord. Il faut dire que cette dernière n'a pas exposé depuis dix ans et que son projet a de quoi faire frémir : chacune de ses toiles représente une femme… Lire la suite « Le musée des femmes assassinées », Maria Hummel : art sanglant

A croquer

« L’Énigme de la chambre 622 », Joël Dicker : illusions plurielles

Un écrivain à succès, un certain Joël (n'y voyez aucun hasard bien sûr !), décide de partir au Palace de Verbier pour se changer les idées et mettre à distance sa dernière rupture amoureuse. Accusant déjà le coup de la mort de son éditeur et mentor, un certain Bernard de Fallois, changer d'air s'impose comme… Lire la suite « L’Énigme de la chambre 622 », Joël Dicker : illusions plurielles

A dévorer !

« Le monde n’existe pas », Fabrice Humbert : fiction réelle et réalité fictionnalisée (#rentreelitteraire2020)

Alors qu'il déambule dans les rues de New-York, Adam Vollmann découvre sur les écrans géants de Times Square le visage de son ancien ami de lycée, Ethan Shaw. Le problème, c'est que si son camarade d'autrefois a son portrait ainsi affiché, c'est qu'il est activement recherché pour le viol et le meurtre d'une adolescente de… Lire la suite « Le monde n’existe pas », Fabrice Humbert : fiction réelle et réalité fictionnalisée (#rentreelitteraire2020)

A dévorer !

« Confessions d’une cleptomane », Florence Noiville : voleuse, moi ?

Valentine de Lestrange a tout pour elle : une illustre ascendance bien que quelque peu désargentée, un mari - Pierre-Antoine Berg - ministre des Finances, un réseau professionnel solidement établi dans le monde de l'art. A l'abri total du besoin, Valentine de Lestrange peut mener comme elle l'entend une vie de nantie, dans le confort… Lire la suite « Confessions d’une cleptomane », Florence Noiville : voleuse, moi ?